Test des pneus hiver saison 2014/2015

Les pneus hiver sont essentiels pour la sécurité. Encore faut-il savoir lequel choisir. L’Argus a testé sept pneus de marques différentes dont trois nouveautés. Le résultat : il n’y a pas de mauvais pneumatiques hiver mais certains sont plus homogènes. Ont été évalués les trois nouveaux : Bridgestone Blizzak LM001, Goodyear UltraGrip9, Michelin Alpin 5. Ils ont été comparés aux Continental ConWinterContact TS850, Dunlop Sp Winter Sport 4D, Nokian WR D3 et Pirelli SnowControl Série 3.

Pneu hiver : Sur la neige

Le freinage sur neige ne donne pas de grandes différences puisque que l’écart est de 1,35 mètre entre le premier, le pneu Goodyear UltraGrip9, et le dernier, le Nokian WR D3. Concernant la motricité, c’est-à-dire l’adhérence en accélération, tous les pneus testés ont à peu près les mêmes performances. Quant au comportement sur la neige, Goodyear, Continental et Dunlop sont les plus stables et les plus performants.
pneus goodyear

Pneus hiver : Sur route mouillée

Pour le freinage, quatre mètres séparent le Goodyear du Nokian. La capacité à évacuer l’eau pour éviter l’aquaplaning est plus performante avec le pneu Bridgestone et en situation d’urgence, c’est une fois encore le pneu de chez Goodyear qui remporte le match.

Pneus hiver : Sur route sèche

Il arrive que la route soit sèche même en hiver. Les pneus doivent donc rester sûrs en toute circonstance. Le test révèle que la sécurité est au rendez-vous avec tous les pneus évalués mais c’est le Pirelli qui est en tête avec 50 cm de moins que le Nokian et devant les pneus Continental, Goodyear et Dunlop. En ce qui concerne la résistance au roulement , c’est Continental qui est le premier.

Test des pneus hiver : Le classement final

Il n’y a pas de mauvais pneus hiver parmi les modèles testés mais le nouveau Goodyear UltraGrip9 arrive nettement en tête des tests grâce à sa grande homogénéité. Suivent Dunlop, Continental, Michelin, Pirelli, Bridgestone et Nokian.

Pneus Pirelli : Statistiques en F1

Cela fait trois ans que le fabricant de pneus Pirelli conçoit des pneus de F1 caractérisés par une usure pré-établie afin de répondre au cahier des charges. Une réglementation inaugurée en 2014 a changé la donne. L’utilisation du turbocompresseur et la présence d’un couple majoré a obligé Pirelli a concevoir de nouveaux types de gomme plus consistants tout en conservant le même nombre pit-stops (c’est-à-dire les arrêts au stand) qui doivent être de deux ou trois par course.

pneus pirelli

Nouvelle réglementation : ça donne quoi pour les pneus Pirelli ?

Le résultat, le fabriquant le donne avec ses statistiques sur les pneus Pirelli sur la saison et sur l’utilisation des différents modèles de pneumatiques. Si l’on met de côté les pneus Pirelli super tendres, tous sont aussi résistants que les années précédentes voir même encore plus résistants.

Le pneu tendre a été modifié et sa durée moyenne de vie est passée de 47 à 93 kilomètres ce qui permet, entre autres, d’offrir davantage de possibilités de stratégies durant les courses.
Les pneus durs ont été nettement moins utilisés en 2014 qu’en 2013 mais la moyenne de kilomètres par trains a progressé de plus de 12 %. De même les pneus Médium ont été moins prisés tout en ayant une moyenne de kilomètres par trains plus importante avec une progression de 1,08 %.
Ce sont les pneus tendres ou Soft qui ont vu leur utilisation énormément augmenter avec 463 trains en 2014 contre 135 en 2013. Pourtant la moyenne de kilomètres par trains a tout simplement explosé avec une progression record de 99,18 % (46,88 km contre 93,38 en 2014).

Ces changements s’accompagnent d’arrêts au stand relativement moins nombreux avec une moyenne par course qui passe de 51 pit-stops en 2013 à seulement 44 en 2014 qu’il s’agisse de courses sur piste sèche ou autre.

Michelin et Bridgestone : la gueguerre du pneu

Les pneus Michelin et les pneus Bridgestone ont tous les deux présentés un pneu révolutionnaire sans air ! Michelin est allé un peu plus loin puisqu’il produit déjà ce pneu mais pas encore pour les voitures. Le point sur cette guerre du pneu.

pneu michelin bridgestone

Micheline et Bridgestone : Une révolution dans l’histoire du pneumatique

Nous vous en avions déjà parlé précédemment, mais un petit rafraichissement de la mémoire ne fait pas de mal ! Jusqu’à aujourd’hui, un pneu c’est du caoutchouc sculpté et gonflé d’air. Cela fait plus de 100 ans que le principe existe même si les pneumatiques ont énormément évolué depuis leurs débuts. Mais Michelin et Bridgestone, deux leaders dans ce domaine, ont récemment créé des pneus sans air qui se ressemblent beaucoup. Ce pourrait être la nouvelle révolution dans l’histoire du pneumatique depuis l’apparition de la chambre à air en 1891.

Pneu X-Tweel de Michelin vs Air Free de Bridgestone

Michelin comme Bridgestone ont inventé des roues dotées d’un noyau rigide qui est relié à une bande de roulement par l’intermédiaire de rayons en polyuréthane. Ces rayons sont déformables et font donc office d’amortisseurs. Le secret reste entier de chaque côté quant aux matériaux utilisés. Ces derniers doivent être particulièrement résistants pour supporter le poids d’une voiture tout en étant suffisamment souples pour amortir les défauts de la chaussée.

Avantages et inconvénients

L’avantage des pneus sans air c’est qu’il suffit de changer la bande de roulements de temps en temps et qu’il n’y a plus de risque de crevaison. Mais pour l’instant, ces pneus sans air ne conviendraient pas à des voitures classiques roulant à grande vitesse. Michelin a présenté ce système il y a dix ans déjà mais ce n’est que début décembre qu’il a annoncé la commercialisation face à l’avancée de Bridgestone dans ce même domaine. Ces pneus ne seront pas pour autant montés en série sur des voitures classiques mais seulement sur des scooters, voitures électriques légères ou petits engins agricoles.

Une affaire à suivre !

Pneus hiver : conseils pour bien les acheter

Dès lors que les températures commencent à chuter, il devient primordial de remplacer ses pneumatiques été pour des modèles de pneus hiver qui sauront apporter une adhérence optimale à votre véhicule aussi bien sur les chaussées enneigées et verglacées. Toutefois, les modèles de pneus hiver sont très nombreux et il est parfois difficile de faire le bon choix.

pneu hiver

Comment bien acheter ses pneumatiques hiver ?

Tout d’abord, le prix d’un pneu hiver ne doit pas être votre seul critère de sélection car un pneu dit « low cost » ne vous apportera pas forcément une sécurité maximale et cela pourrait au final vous coûter très cher lors d’un accrochage ou d’un dérapage incontrôlé. De plus, il est préférable d’éviter des marques inconnues et favoriser des modèles commercialisés par des manufacturiers dont la réputation n’est plus à faire comme Bridgestone, Goodyear ou encore les pneus Michelin.
En effet, il faut savoir que les pneus hiver de ces grandes marques ne sont pas forcément plus chers que ceux de leurs concurrents. Par ailleurs, leurs modèles bénéficient d’une durée de vie très avantageuse ce qui fera de votre achat de pneu hiver un réel investissement sur le long terme. De plus, il est primordial de bien choisir son pneu hiver en fonction de ses besoins car, si vous vivez dans une région peu propice à la neige, il ne vous servira à rien d’opter pour le pneumatique hiver le plus cher et le plus sophistiqué.

Bien évidemment, l’avis d’un vendeur est souvent très utile mais il convient de se faire son propre choix final sans être influencer par un vendeur trop pressant. On peut aussi opter pour un achat de pneus en ligne mais, avant toute chose, il est important de se renseigner sur le site sélectionné en consultant les avis des autres internautes. Avec ces quelques conseils, vous devriez donc arriver à choisir les pneumatiques hiver qui sauront convenir aussi bien à votre budget qu’à votre véhicule !

Toyota et Goodyear dévoilent des pneus connectés inédits !

Depuis quelques années déjà, les constructeurs automobiles cherchent à rendre leur véhicule plus autonome mais aussi plus économe en carburant. Pour ce faire, il est devenu indispensable d’équiper ces véhicules avec des pneumatiques innovants. C’est ce que nous montre la marque Japonaise Toyota avec son potentiel futur crossover le CH-R.

pneus goodyear toyota

Des pneus Goodyear connectés bientôt en vente ?

Toyota reste sans conteste le constructeur automobile qui a proposé sur le marché Européen des véhicules propres roulant exclusivement à l’électrique. Afin d’améliorer encore plus les modèles déjà existants, Toyota s’est penché sur l’intérêt de pneus connectés afin que ces derniers aient eux-aussi un rôle énergétique durant leur utilisation.

En travaillant en étroite collaboration avec le manufacturier de pneus Américain Goodyear, Toyota nous a présenté dernièrement son crossover CH-R équipé de pneus connectés dont l’avantage premier est de récupérer l’énergie cinétique pour que celle-ci soit réutilisée comme « carburant » via le moteur électrique. De ce fait, ces pneus connectés auront la capacité de recharger les batteries du CH-R tout en roulant !

Pour le moment, les pneus connectés sont en cours de développement mais on ne doute pas que certains modèles devraient déjà envahir nos magasins d’ici quelques mois. De plus, actuellement il existe déjà des pneus dits « intelligents » qui permettent de prévenir le conducteur en cas de perte de pression grâce à une puce Bluetooth.

Par ailleurs, la majorité des pneumatiques présents sur le marché Européen peuvent s’obtenir à des tarifs très économiques. Ces pneus connectés devraient donc eux-aussi être abordables et la forte concurrence qui règne dans ce domaine permettra certainement d’accéder à des pneus discounts disposant d’avantages similaires.

On devra donc attendre encore un peu avant d’équiper notre véhicule avec des pneus connectés qui pourront se contrôler à partir d’une tablette tactile présente au sein de l’habitacle. Toutefois, ce prototype présenté par Toyota et Goodyear permettra sans conteste de renforcer encore plus la position des véhicules propres au sein de nos villes et de nos campagnes!

Des pneus en racines de pissenlit !

Ce n’est pas un poisson d’avril mais les pneumatiques pourraient, dans un avenir proche, être fabriqués à partir de racines de pissenlit. Cela permettrait en tous cas d’avoir des pneus moins chers et de trouver une alternative écologique à l’utilisation excessive des hévéas plantés en Asie.

pneus ecologique

Méprisé par les jardiniers mais recherché par les fabricants de pneus

Le pissenlit est arraché ou consommé en salade. Désormais, il est possible qu’il soit cultivé pour les propriétés de ses racines. Des fabricants comme les pneu Bridgestone ou Continental espèrent en faire une alternative rapide et écologique au latex.

Pneus écolos : Des recherches sérieuses

Si les premières recherches datent de la Seconde Guerre mondiale, elles sont remises au goût du jour par des chercheurs allemands. En effet, les racines de pissenlit contiendrait un liquide ayant les mêmes propriétés que le latex actuellement utilisé pour fabriquer des pneus.

pneus écolosPneus écolos : Des coûts réduits

Le latex est extrait de l’hévéa, un arbre qui pousse naturellement en Amérique du Sud et qui est largement planté en Asie. Mais sa croissance est longue et l’extraction du latex est coûteuse. Des chercheurs allemands se sont penchés sur le problème et ont d’ores et déjà créé une variété de pissenlit aux racines géantes. Cela permettrait, à taille égale et sur une surface de production identique, d’extraire la même quantité de liquide du pissenlit que de l’hévéa. De plus, en cultivant des pissenlits, les lieux de production pourront être situés à proximité immédiate des centres de consommation d’où un coût moins élevé et des pneus moins cher.

Si les coûts seraient diminués, ce serait aussi le cas de la pollution. En effet, les pissenlits pourraient être cultivés à proximité des usines de fabrication des pneumatiques soit une baisse significative des émissions de CO² dues au transport du latex naturel venant essentiellement d’Asie.